Réflexions sur 2016

Christine Stegling, Directrice exécutive de l'Alliance, mène une réflexion sur les progrès accomplis en 2016, les défis à venir et la façon dont nous comptons les relever.

2016 a été une année difficile pour beaucoup d’entre nous qui travaillons dans le secteur du développement, avec un environnement extérieur caractérisé par une volatilité sans précédent et requérant un degré de flexibilité et d’agilité des ONG à un niveau que nous n’avions jamais connu auparavant.

Collage 2

Malgré ces défis, l’Alliance a bien travaillé. En termes de réalisations, 2016 a été une bonne année avec 12 cibles sur 16 atteintes ou dépassées, grâce aux efforts et la solide performance des Organisations de liaison et des partenaires de l’Alliance.

Ces résultats concernent près de 1,5 million de personnes qui ont bénéficié de services de traitement, de soins et de soutien du VIH, soit une augmentation de 25 % par rapport à l’année dernière, et 840 000 personnes issues des groupes de populations clés qui ont reçu des ensembles définis de services de prévention du VIH, dont 180 000 en Afrique, malgré un environnement de plus en plus hostile aux personnes LGBT.

Changements dans la manière dont nous travaillons

Nous avons apporté un certain nombre de changements à la manière dont nous travaillons, afin de rester pertinents, de rester fidèles au principe « s’adapter ou sombrer », qui était le thème de l’Assemblée de notre Conseil d’administration en novembre 2016.

Nous avons entrepris un processus de changement organisationnel complet pour créer un Secrétariat plus efficient et agile au Royaume-Uni (et avec le personnel localisé à travers le monde) et nous nous sommes engagés avec nos administrateurs et la Haute direction des organisations de liaison à conduire un programme de changement pour l’ensemble du partenariat, en reconnaissant que le « statu quo » ne serait pas adéquat pour l’avenir immédiat.

Nous avons revu notre approche du leadership du Sud, en décidant au début de l’année 2017 d’arrêter de financer les structures institutionnelles des centres de pratique de l’Alliance et d’appuyer plutôt les produits et initiatives spécifiques dirigés par les organisations de liaison. L’investissement dans le leadership du Sud durable demeurera un objectif organisationnel clé et nous collaborons avec les organisations de liaison sur la manière de le faire, en tirant des leçons et en nous appuyant sur les réalisations du travail accompli à ce jour.

L’investissement dans le leadership du Sud durable demeurera un objectif organisationnel clé 

Une évaluation externe de notre stratégie, qui a généralement fait un rapport très positif sur le travail de l’Alliance à partir des données d’impact collectées par l’enquête annuelle des organisations de liaison, a recommandé que nous progressions vers des indicateurs plus axés sur les résultats pour mieux décrire la manière dont notre travail apporte des changements dans la vie des personnes. En réponse à cela, nous sommes en train de faire des ajustements par rapport au cadre des résultats et aux activités d’évaluation, pour saisir des preuves plus qualitatives et narratives.

Les nouvelles données saisies dans le rapport annuel de cette année décrivent la contribution des organisations communautaires financées par le biais de l’Alliance aux objectifs de développement durable (ODD). Nous entendons donner la priorité au plaidoyer sur les ODD au cours de l’année 2017 et jusqu’en 2030 et trouver les moyens de mieux comprendre et appréhender notre impact au niveau des organisations communautaires, en montrant de manière spécifique la façon dont notre travail au niveau mondial, régional et national contribue directement aux ODD.

Regarder vers l’avenir

L’année 2017 s’est avérée être une année difficile, avec le rétablissement de la politique de Mexico par l’administration américaine qui menace d’anéantir les progrès significatifs réalisés vers les programmes intégrés de santé et droits sexuels et reproductifs et de VIH enregistrés ces dernières années et qui réduit constamment l’aide publique au développement, en particulier dans les pays à revenu intermédiaire – et tout cela dans un contexte de niveaux de nouvelles infections de VIH qui ne cessent de croître.

Nous sommes à un stade significatif de la riposte au VIH et nous devons nous assurer que les gains enregistrés par la prévention, le traitement, les soins et soutien du VIH ces 30 dernières années ne soient pas perdus.

Nous lutterons pour maintenir la prévention à l’ordre du jour, à un moment où de nouvelles épidémies menacent d’apparaître en Europe de l’Est et en Afrique orientale et australe.

L’Alliance continuera à faire des programmes intégrés de qualité avec les populations clés et à collaborer avec les gouvernements pour renforcer les systèmes sanitaires qui travaillent pour et avec les communautés, y compris en assurant le plaidoyer du financement intérieur de la riposte communautaire au VIH. Nous lutterons pour maintenir la prévention à l’ordre du jour, à un moment où de nouvelles épidémies menacent d’apparaître en Europe de l’Est et en Afrique orientale et australe.

Nous continuerons à enraciner notre partenariat unique dans nos principes de leadership du Sud et de responsabilité partagée et nous veillerons à contribuer à réduire l’impact du VIH, les inégalités et la discrimination et à protéger les droits humains des personnes les plus marginalisées.

ChrissiChristine Stegling
Directeur Exécutif